Les dommages de guerre du Familistère de Guise

Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)

Voir toutes les images (1)

 

La construction du Familistère de Guise débute en 1859 à l’initiative de Jean-Baptiste André Godin. Ce dernier, qui commence sa carrière professionnelle comme simple ouvrier, ouvre un atelier spécialisé dans la construction d’appareils de chauffage. Grâce à une innovation dans la conception de ses produits, son activité se développe rapidement et il se retrouve bientôt à la tête de plusieurs fonderies et manufactures. Soucieux du bien-être de ses ouvriers, Godin fait construire, pour ses employés, plusieurs bâtiments d’habitation offrant un confort réservé habituellement aux classes plus aisées. L’ensemble de ces constructions forment le Familistère qui prodigue, jusqu’en 1968, soin, éducation, confort et divertissement aux ouvriers de l’usine Godin. Son histoire a duré plus d’un siècle et le Familistère de Guise a traversé parfois des moments tourmentés.

 

Ainsi, les deux guerres mondiales ont éprouvé durement le Familistère. La première fut particulièrement destructrice car l’occupation allemande dura plus de 4 ans, de la fin août 1914 à octobre 1918. Le matériel présent dans les usines est ainsi en grande partie pillé et détruit, l’aile gauche du pavillon principal est incendiée, le reste des logements est transformé en caserne ou en prison et les combats autour de Guise endommagent encore certains bâtiments. Après la guerre, de nombreux efforts permettent la réparation et la remise en état du Familistère qui peut ainsi recommencer sa production dès d’août 1919.

 

La Seconde Guerre mondiale quant à elle touche un peu moins durement le Familistère malgré un bombardement dès le début du conflit. Les rapports du Service Technique de Reconstitution, contenus dans les dossiers de dommages de guerre de la Société du Familistère, détaillent les causes exactes des différentes destructions. Dans la nuit du 20 au 21 mai 1940, un bombardement aérien cause de nombreux dommages aux usines ainsi qu’aux logements d’habitations. Ce rapport précise également que l’économat du Familistère est occupé par les troupes allemandes de mai 1940 à septembre 1944 avec pour conséquence le vol et la détérioration de nombreux équipement mobilier.

 

La photographie ci-dessus représente l’atelier de fonderie après le bombardement. Comparé à d’autres bâtiments, celui-ci est relativement épargné à l’exception de la toiture. Ce cliché fait partie d’un album regroupant les photographies des dégâts causés par le bombardement. Les dossiers de dommages de guerre comprennent parfois des photographies montrant soit des bâtiments détruits soit leur état avant la guerre. La plupart des structures industrielles importantes du département ont ainsi joint de tels clichés à leur demande de dommages de guerre. La particularité du dossier du Familistère réside dans la présence d’un album légendé et relié avec des clichés grand format, ce qui est beaucoup plus rare. Cela en fait un document particulièrement exceptionnel pour l’histoire de cet établissement.