Document du mois


Imprimer cette page

Le document du mois de novembre 2017

FRAD002_L589_01.jpg - <p class="description"><p>Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)</p></p>

Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)

FRAD002_L589_02.jpg - <p class="description"><p>Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)</p></p>

Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)

FRAD002_L589_03.jpg - <p class="description"><p>Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)</p></p>

Inventaire des cartes et plans de la généralité de Soissons, 2 novembre 1791 (Arch. dép. Aisne, L 589)

Des archives à l’épreuve d’une réforme territoriale !

 

Créée en 1595, la généralité de Soissons est le principal ressort administratif englobant le territoire axonais. Le 7 septembre 1789, l’abbé Sieyès propose un nouveau redécoupage administratif. Ce plan de réorganisation aboutit à la création des départements par décret du 22 septembre suivant. Ils ne deviennent effectifs que le 4 mars 1790 avec un territoire différent de celui de la généralité.

 

La création des départements ne leur permet pas, cependant, de fonctionner. En effet, il faut attendre la proclamation du roi du 20 avril 1790 pour que ce dernier ordonne aux administrateurs des anciennes administrations de transmettre les pièces nécessaires à leur fonctionnement aux nouvelles administrations. Dans l’Aisne, ce travail débute dès le mois de juin 1790, précédant de peu les lettres patentes du 2 juillet 1790 destinées à organiser la mise en route, entre autre, des nouveaux départements le 1er octobre.

 

À Soissons, les administrateurs désignés pour gérer cette question de la transmission des documents se rendent vite compte de l’absence de classement tangible et d’instrument de recherche. Ils ne peuvent que se limiter à poser des scellés sur les pièces renfermant les archives. Cependant, très rapidement, les administrateurs de l’Oise réclament la restitution des fonds d’archives relevant du territoire de ce département.

 

Dans l’incapacité de traiter l’ensemble des volumes d’archives, les administrateurs axonais se contentent de dresser un inventaire des cartes et plans des alignements projetés. Quelques plans concernent aussi des communes de l’Oise, telles Noyon (cote 30-31), Golancourt (cote 32), ou Chiry (cote 34) et se trouvent utile à l’administration de ce département.

 

Cet inventaire très partiel constitue, à priori, le premier instrument de recherche réalisé dans l’Aisne par des agents publics. Il révèle néanmoins la richesse des fonds de la généralité de Soissons (aujourd’hui en série C) qui ne composent qu’une toute petite partie des fonds livrés aux autorités des tous jeunes départements. D’abord confié aux districts qui engagent des moyens importants pour débuter le classement, l’ensemble des archives de l’Ancien Régime et des nouvelles administrations départementales est regroupé à Laon suite à la création des archives départementales par la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Il faut cependant attendre encore presqu’un siècle pour que ces fonds soient classés, par Auguste Matton, et dotés d’instruments de recherche.

 

Ce document est l’un des chainons qui amène aujourd’hui le département de l’Aisne à investir fortement pour l’avenir de sa mémoire écrite. Afin de venir à la rencontre de votre histoire et de ceux qui la conservent pour vous, je vous invite à venir découvrir l’exposition « L’envers du décor : deux siècles d’archives », visible actuellement, et jusqu’au 26 janvier 2018, aux Archives départementales de l’Aisne, 28 rue Fernand-Christ, à Laon.