Support de l'image

3239_frad002_100_34_fi_149_1.jpg

Support de l'image

3246_frad002_100_34_fi_149_1.jpg

Ambrotype 
L'ambrotype est un procédé photographique élaboré par James Ambrose Cutting en 1854, qui a concurrencé le daguerréotype en raison de la rapidité d'obtention des images (2 à 4 secondes) et de son prix de revient peu coûteux. 
Technique : négatif sur plaque de verre au collodion, sous-exposé à la prise de vue, puis blanchi chimiquement au développement. Posée sur un fond noir, l'image apparaît en positif. Très utilisé pour les portraits et les paysages, l'ambrotype se présente généralement encadré comme le daguerréotype. 

Autochrome 
L'autochrome est un procédé de film photographique couleurs breveté le 17 décembre 1903 par les frères Auguste et Louis Lumière. 
C'est la première technique industrielle de photographie couleurs. Elle produit des images transparentes. Elle est utilisée entre 1907 et 1932 environ. On lui doit en particulier de nombreuses photos de la Première Guerre mondiale. 

Stéréoscopie 
La stéréoscopie (du grec stéréo : solide et scope : vision) est l'ensemble des techniques mises en œuvre pour reproduire une perception du relief à partir de deux images planes. 

Carte de visite 
Photographie de portrait de petit format (6 x 9 cm), popularisée en 1854 par Disdéri, à Paris. Le photographe réalisait de quatre à huit prises de vues sur une même plaque qui était tirée sur du papier albuminé. Les tirages étaient découpés et montés sur carton.
La photo-carte de visite fut produite en millions d'exemplaires de 1854 aux années 1910. Le verso des photos-cartes apporte une foule de renseignements : adresse, changement d'adresse, apparition du téléphone et du métropolitain, parfois les différentes professions des personnages... Des annotations manuscrites renseignent sur les usages de la photo. Cette multitude d'informations fournies par les photographies ouvre la voie à d'immenses possibilités de recherches et d'études dans le domaine social ou culturel. 

Plaque de verre 
Une plaque photographique est un support constitué d'une plaque de verre de dimension déterminée et d'une couche d'émulsion photographique. 
Dans les débuts de la photographie, la plaque de verre fut d'abord humide : le photographe devait la préparer sur place, c'est-à-dire étaler convenablement l'émulsion photographique sur le verre au moment de l'emploi. 
Puis les frères Lumière inventèrent la plaque sèche, disponible dans le commerce des années 1890 jusque vers 1950. 

Photographie aérienne 
La première photographie aérienne date de 1858, elle est l'œuvre du photographe et aéropostier Félix Nadar qui a pris un cliché du Petit-Bicêtre (actuel Petit-Clamart), au sud de Paris depuis un ballon captif. 
En 1888, a lieu la première photographie aérienne par cerf-volant (ou photo-cervolisme) par Arthur Batut. Émile Wenz perfectionne la méthode trop tributaire des mouvements du cerf-volant. De nombreux systèmes apparaissent : déclenchement par fil, chariot pour monter la nacelle photo, etc. 
La photographie aérienne a pris réellement son essor lors de la Première Guerre mondiale avec le développement de l'aéroplane et des besoins en renseignement militaire. 

Film souple 
En 1884, George Eastman met au point les surfaces sensibles souples et le film en celluloïd, qui supplante la plaque de verre. Ce procédé est de permettre de stocker plusieurs images dans le magasin de l'appareil photographique. 

Album photo 
La présentation des photographies dans un album s'est développée à l'époque des papiers albuminés (1850). Les plus beaux spécimens de reliure et de montage datent de cette période. Richement orné, avec des plats en cuir travaillé ou en bois sculpté réunis par des fermoirs en bronze, agrémenté parfois d'un mécanisme de boîte à musique, l'album atteint sous le Second Empire un niveau de sophistication jusqu'alors inégalé.

 

Sources : http://www.technique-cinematographique.wikibis.com/, http://fr.wikipedia.org/, encyclopedie.snyke.com, www.galerie-photo.com/

 

6 documents