Le projet novateur du Poma 2000

Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)

Voir toutes les images (2)

Le projet novateur du Poma 2000

 

La ville de Laon se distingue par sa topographie particulière avec une dénivellation de 130 % sur une très courte distance (1 500 m). La mise en service de la gare de Laon, dans la ville basse, en 1857, attire de plus en plus de personnes dans la commune. La question de la mobilité et de l’accessibilité entre la ville haute et la ville basse se pose. La municipalité décide d’aménager dans un premier temps un escalier monumental afin d’accéder à la ville haute.

 

De par son statut de chef-lieu du département de l'Aisne, mais aussi de par la concentration du tissu administratif et le développement de ses faubourgs commerçants, la ville de Laon doit repenser sa liaison entre ville haute et ville basse. Après de nombreux projets avortés, le tramway à crémaillère est mis en service le 9 juillet 1899. Il rencontre un franc succès ce qui explique sa longévité d'un peu plus de 70 ans. En 1971, jugé trop vétuste, il cède la place à un service de bus.

 

Afin de diminuer les coûts d'exploitation des systèmes actuels, le projet du Poma 2000 est mis en service le 4 février 1989. Il semble être la solution pour répondre à la particularité topographique de Laon. Ce nouveau système de transport surmonte le problème de la dénivellation importante de la ville tout en intégrant une dimension écologique. De plus, les infrastructures du tramway (viaduc et tunnel) sont réutilisées, ce qui limite les coûts.

 

Poma 2000 est une filiale de la société Pomagalski et de Creusot Loire Entreprise. Cette société travaille en collaboration avec le ministre des Transports. Par ailleurs, l'État apporte une aide non négligeable à ce projet qui a un retentissement international. Le Premier ministre Pierre Mauroy (1983), le président de la République François Mitterrand (1985) ou encore des délégations étrangères telles que le Japon ou le Brésil se déplacent pour voir ce système novateur.

Le tracé lie la ville basse à la ville haute. Il va de la gare à l’hôtel de ville en passant par le faubourg de Vaux.

 

Le document présenté est une photographie du projet Poma 2000 au sein de la ville de Laon. Il s’agit d’une brochure publiée par la ville de Laon dans les années 1979-1981, lorsque le projet était encore à l’étude. Il est issu d’un versement de la Direction départementale de l’Equipement. Il présente le projet aux Laonnois avec un aperçu de l’environnement avec et sans Poma. Nous reconnaissons sur la photographie la rue Roger Salengro traversée par ce nouveau mode de transport par voie aérienne. L’installation de certaines infrastructures implique cependant la modification de l’environnement. Un pan de toiture est ainsi supprimé afin de garantir à la ligne le franchissement du porche étroit visible sur la photographie.

 

Pouvant aller jusqu’à 35 km/h, le Poma 2000 sert de vitrine à la ville de Laon au niveau international. En effet, Pomagalski a œuvré au remplacement du téléphérique urbain Roosevelt Island Tramway de New-York ou encore à la télécabine de Maokong à Taipei (Taiwan).

 

Toutefois, le service du Poma 2000 s’arrête le 27 août 2016 en raison de son fort coût d’entretien. La ville de Laon bascule à nouveau sur un réseau de bus renouvelé pour la desserte de ces zones. Cependant, les installations du Poma restent, à ce jour, visibles dans les rues de Laon. Elles ont même fait l’objet d’une demande de classement au titre des « Monuments historiques » par des associations qui militent pour son retour.