Dommages occasionnés au garage Morisson Lesenne et Compagnie à Laon en 1940

Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)

Voir toutes les images (4)

 

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le département de l’Aisne a été le théâtre de violents combats qui ont ponctué l’avancée de l’armée allemande. En effet, dès les premiers jours du conflit, le département a été la cible de nombreux bombardements destinés à affaiblir la résistance de l’armée française et à faciliter la progression des troupes d’invasion.

 

La bataille de France, qui se déroule du 10 mai au 25 juin 1940, débute avec l’offensive contre la Belgique, la Hollande et la France. Les divisions de blindés sont en soutien de l’infanterie et la Luftwaffe procède à des bombardements tant sur la ligne de front que sur les arrières du front. Ces attaques ont pour objectif de priver l’armée française de ses ressources et de ses moyens de communication. Aussi, les cibles privilégiées par les pilotes allemands sont les terrains d’aviation, les ponts, le réseau ferroviaire et les gares, notamment celle de Laon. Ce pilonnage systématique a lourdement impacté le territoire de l’Aisne, faisant de nombreuses victimes civiles et causant d’importants dégâts matériels et ce malgré les mesures prises dans le cadre de la défense passive.

 

Les dégâts occasionnés par les bombardements du 10 mai 1940 ont laissé des traces dont les dossiers de dommages de guerre sont le reflet. Les photographies présentées ci-dessus proviennent de celui de la Société Morisson Lesenne et Compagnie, garage automobile situé au 9 de l’avenue Carnot à Laon. En raison de sa proximité avec la gare, l’une des cibles des bombardements, il a lui aussi été victime de l’attaque de l’aviation allemande, tout comme l’hôtel de Paris, situé dans la même rue.

 

Ces photographies présentent les dégâts subis par l’établissement tant sur le bâtiment que sur les véhicules en réparation. Au verso des clichés figurent plusieurs annotations qui précisent les circonstances dans lesquelles sont survenus ces dégâts. On y apprend ainsi que le bombardement a eu lieu le 10 mai 1940 à 4 heures 52, peu avant que les troupes allemandes ne franchissent la frontière.

 

Ainsi, bien que les premières attaques se concentrent sur les Ardennes et le front belge, le département de l’Aisne a aussi subit des attaques dès le premier jour de l’offensive allemande.