Des timbres pour la fête des mères

Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)

Voir toutes les images (1)

 

La fête des mères est un évènement que l’on retrouve un peu partout dans le monde. Cependant, la date varie d’un pays à l’autre car, si le principe est similaire, l’origine par contre diffère selon les pays. En France, plusieurs initiatives destinées à célébrer les mères ont été lancées dans le premier quart du XXe siècle avant d’aboutir, en 1929, à la création par le gouvernement d’un jour qui leur est spécifiquement dédié. Ce n’est toutefois qu’en 1950 qu’une date est définitivement fixée par la loi du 24 mai, qui spécifie que « la République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d’une journée consacrée à la célébration de la Fête des mères ». L’organisation est confiée au ministère de la Santé publique et de la Population avec le concours de l’Union nationale des associations familiales (UNAF). Depuis, chaque dernier dimanche de mai est consacré aux mères de famille et la tradition veut que chaque enfant, quel que soit son âge, remercie sa mère en lui offrant un cadeau ou un bouquet de fleurs.

 

La fête des mères étant un évènement d’une certaine importance, il n’est pas étonnant que des timbres soient édités à cette occasion à l’image de ceux présentés ici. En effet, depuis leur mise en place en 1849, afin d’éviter le transport à perte du courrier (auparavant, c’était le destinataire qui réglait les frais d’envoi lors de la réception), les timbres postaux se distinguent par la variété de leurs illustrations, pour le plus grand bonheur des philatélistes. Très souvent liés à des symboles officiels, la Marianne par exemple pour la France, l’iconographie s’est progressivement développée au fur et à mesure des années et il n’est pas rare désormais d’avoir des timbres représentant des animaux, des personnages de fiction ou bien encore des monuments. Il en est de même pour les évènements tels que la fête des mères. Ainsi, depuis son instauration, de nombreux timbres ont été imprimés pour cette occasion. Cependant, la particularité de ces timbres réside dans le fait qu’ils n’ont pas été édités par la Poste mais par l’UNAF et qu’ils sont destinés à être envoyés aux écoles pour les vendre aux élèves comme l’indique la lettre qui les accompagne.

 

Mais là n’est pas le seul élément qui retient l’attention. En effet, comme on peut le remarquer, il s’agit ici d’une plaquette complète ; les timbres n’ont donc jamais été utilisés, ni même vendus. Cette typologie de documents est assez rare dans les fonds d’archives car la plupart du temps, les timbres sont collés sur les enveloppes et sont déjà oblitérés. Ils ne sont qu’un élément « accessoire » et ne sont donc pas mis en avant. Dans le cas présent, ce ne sont pas les timbres qui accompagnent la lettre mais bien l’inverse ; ils en deviennent ainsi le sujet principal. Si ce document ne comporte pas de date précise, on peut cependant estimer qu’il remonte aux années 1950 puisque la création « officielle » de la fête des mères remonte à cette date. Autre indication, le prix du timbre est indiqué en ancien franc et l’on sait que le nouveau franc n’est mis en place qu’à partir de 1960 ; ces timbres ont donc été imprimés avant cette année.

 

L’illustration sur le timbre représente trois enfants, dont on ne voit que les têtes, derrière une porte, et s’apprêtant à offrir un immense bouquet de fleurs à leur mère. Ce document date bien des années 1950, nous sommes alors en plein baby-boom, car le nombre d’enfants présents sur le timbre fait directement référence à la réalité de l’époque qui connaît un taux de natalité élevé. Une famille de trois enfants est alors la norme et il n’est donc pas surprenant que cela transparaisse sur un timbre dédié à la fête des mères. On peut également remarquer que la présence de la mère est seulement suggérée et non montrée. Elle n’est « vue » qu’à travers ses enfants. Cela n’est pas étonnant car la fête des mères n’a pas pour but, surtout à l’époque, de célébrer la féminité mais bien la capacité des femmes à donner la vie et donc à peupler le pays. Quoi de mieux donc, pour illustrer la maternité, de montrer ce qui font d’elles des mères, car une femme ne devient mère qu’à travers ses enfants.

 

De nos jours, cet aspect n’est plus aussi mis en avant et la fête des mères est devenue un évènement en grande partie commercial, mais elle reste toujours un jour particulier et une bonne occasion pour chacun de penser à sa mère, car une petite attention fait toujours plaisir.