Pour compléter votre recherche

Vous avez identifié vos aïeux, mais vous souhaitez aller plus loin. De nombreuses sources d'archives peuvent vous permettre de comprendre la vie quotidienne de vos ancêtres.

 

image_13.jpg

Les archives militaires

De nombreux documents liés au passé militaire des siècles derniers sont de véritables mines d'informations pour mieux connaître ses ancêtres de sexe masculin.

image_18.jpg - <p class="description">Feuillet matricule de Paul Delaruelle.
</p>

Feuillet matricule de Paul Delaruelle.

Le principal ensemble documentaire à consulter est constitué par les archives du recrutement militaire et de la garde nationale mobile. 
Il existait trois bureaux de recrutement ou subdivisions dans l'Aisne :

  • le bureau de Laon qui couvre l'arrondissement de Laon (fonds conservé sous la cote 20 R) ;
  • le bureau de Saint-Quentin qui couvre les arrondissements de Saint-Quentin et Vervins (fonds conservé sous la cote 21 R) ;
  • le bureau de Soissons qui couvre les arrondissements de Château-Thierry et Soissons (fonds conservé sous la cote 22 R).

Ces fonds sont composés de deux types de documents très intéressants pour les généalogistes :

  • les listes du contingent pour la période 1867-1871. Ces documents indiquent pour chaque soldat son état civil (nom, prénoms, date et lieu de naissance, domicile, profession, nom et prénoms des parents ainsi que leur domicile), son signalement physique, son degré d'instruction. On peut également trouver, portées en observation, d'éventuelles précisions quant aux antécédents judiciaires de l'intéressé, ou encore les périodes d'exercices dans l'armée territoriale ainsi que les campagnes auxquelles il a participé.
  • les registres matricules à partir de 1872. Tenus par l'armée, ces registres sont versés régulièrement aux Archives départementales. Ils permettent le recensement de tous les hommes d'une même classe d'âge. Pour chaque soldat, une fiche signalétique fournit des informations familiales et physiques, mais également des renseignements complémentaires comme le niveau d'instruction, les affectations, les campagnes militaires et périodes d'exercices effectuées par l'individu, voire les conditions de son décès.

Pour retrouver votre aïeul il vous faut définir sa classe de recrutement (en rajoutant 20 ans à sa date de naissance) et savoir où il résidait à l'âge de 20 ans pour connaître le bureau de recrutement dont dépendait sa commune. Chaque individu est identifié par un numéro matricule : pour retrouver celui-ci, il suffit de consulter des tables rédigées pour chaque classe de recrutement dans l'ordre alphabétique des noms de personne.

Communicabilité : Conformément aux dispositions de la loi n° 2008-696 sur les Archives en date du 15 juillet 2008, les registres matricules sont librement communicables 50 ans à compter de leur date de clôture. Les informations à caractère judiciaire ou médical sont occultées lors de la communication en salle de lecture.

D'autres fonds peuvent également vous apporter de précieux renseignements :

  • les dossiers d'anciens combattants de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre conservés sous les cotes 3 R 1 à 731, classés par numéro de dossier. L'accès à ce fonds est facilité par la présence de fiches nominatives classées dans l'ordre alphabétique des individus.
  • certaines sous-séries des archives des communes.