Document du mois


Imprimer cette page

Le document du mois de février 2017

 - <p class="description"><p style="text-align: justify;">Lettre patente de Louis XIV relative à l’établissement de l’ordre de la Charité à Château-Thierry, décembre 1656 (Arch. dép. Aisne, non coté)</p></p>

Lettre patente de Louis XIV relative à l’établissement de l’ordre de la Charité à Château-Thierry, décembre 1656 (Arch. dép. Aisne, non coté)

L’ordre de la Charité à Château-Thierry

 

L’hôtel-Dieu de Château-Thierry est fondé en 1304 par Jeanne de Navarre, épouse de Philippe le Bel, qui en exprime la volonté dans son testament en date du 25 mars de la même année. Elle meurt en 1305. Son principal exécuteur testamentaire est Jean de Granges, aumônier de Philippe le Bel. L’établissement hospitalier est alors placé sous l’autorité du grand aumônier de France. S’agissant d’un prieuré royal, les divers agrandissements et actes dont il fait l’objet doivent être entérinés par des lettres patentes émanant des souverains. D’Henri IV à Louis XVI, le fonds de l’hôtel-Dieu de Château-Thierry recèle des signatures prestigieuses. Le document présenté ici est une lettre patente datée de 1656, signée par Louis XIV qui confirme l’établissement de l’ordre de la Charité à Château-Thierry.

 

La duchesse de Bouillon, Eléonore de Bergue, est à la tête du duché de Château-Thierry à la suite du décès de son mari. Elle autorise que l’hôpital, l’abbaye de La Barre et la chapelle « soient et demeurent à perpétuité aux religieux de l’Ordre de La Charité qui pourront y recevoir, nourrir, panser et médicamenter les pauvres malades et blessés de sexe masculin » de Château-Thierry et des alentours qui se présenteront et ce tant que les revenus le permettront. Il est précisé que le traitement de ces malades se fera en suivant la règle et la constitution de l’ordre de la Charité et dans le respect des conditions fixées par le contrat qu’elle a passé avec les religieux le 20 avril 1654.

 

Le 26 avril de la même année, les habitants de Château-Thierry sont convoqués au son des cloches pour la prise d’un acte d’assemblée de ville. L’évêque diocésain donne également son accord à cet établissement.

 

Le 30 avril, les religieux hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu, frères de la Charité, prennent possession des lieux. Ils peuvent désormais jouir paisiblement de l’hôpital, des maisons, cours, jardins, cimetière et des revenus en dépendant. Ces ressources sont dédiées à Dieu et servent aux œuvres de charité chrétienne.

 

Les armes du fondateur de l’ordre, le portugais Jean de Dieu, sont sculptées sur le tympan du bâtiment. Elles comportent une grenade avec des palmes surmontées d’une croix et trois étoiles.

 

Par ailleurs, il convient de signaler qu’à la fin du XVIIe siècle, Louis XIV autorise l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu. En effet, dans le cadre de la réforme des maladreries qu’il mène dans le royaume, 28 maladreries des environs et leurs biens sont rattachés à l’hôtel-Dieu de Château-Thierry de 1695 à 1698.