Du tramway au Poma 2000

La modernisation dans les années 1970

Imprimer
6567_frad002_100_025_1659_w_435_00007_1.jpg

 

Le développement du système Poma 2000

Dans les années 1970, l’Etat à travers le ministère des Transports, a mis en place une politique de développement des transports et notamment des transports urbains en site propre. Il a financé une partie du développement de systèmes automatiques comme le VAL, un métro automatique et léger installé à Lille, l’Aramis, un projet développé par la RATP mais avorté, ou le système Poma 2000. Ce dernier système a été conçu par la société Poma 2000, filiale de Pomagalski et de Creusot Loire Entreprise. Le Ministère des Transports travaille en collaboration avec Poma 2000 à partir de 1972. Les principes techniques sont les suivants : automatisme, voie métallique propre et traction par câble. Les objectifs de ce nouveau système sont de diminuer les coûts d’investissement et d’exploitation par rapport aux systèmes existants ; de s’intégrer discrètement dans les sites urbains et d’utiliser la traction par câble pour franchir les forts dénivelés.

 

La ville de Laon : une topographie adaptée au Poma 2000, un système répondant aux besoins

Avec l’arrêt du tramway en 1971, le nombre de véhicules en circulation entre ville haute et la ville basse augmente fortement. Le tramway est remplacé par un réseau de six lignes de bus dont cinq passant par le plateau. La Ville de Laon, au travers son maire Monsieur Aumont, souhaite réorganiser le réseau de transports urbains avec une liaison performante entre gare et plateau. Le système Poma apparaît comme idéal pour plusieurs raisons :

  • c’est un système automatique qui limite les besoins en personnel ;
  • les fréquences de passage sont élevées ;
  • l’infrastructure nécessaire est déjà présente (viaduc, tunnel) : réutilisation de celle du tramway ;
  • l’Etat apporte une aide financière indispensable à la Ville pour pouvoir se doter d’un système aussi perfectionné.

D’autre part, Laon apparaît comme le site idéal pour une expérimentation commerciale du système Poma 2000. La dénivellation importante (zone à 130%) sur une très courte distance (1500 m) est adaptée à la technique du Poma 2000. De plus, le tracé et les infrastructures sont déjà en place, ce qui permet de réduire coûts et temps de réalisation. 

Le 28 novembre 1980, Etat et Ville de Laon signent une convention pour développer le système Poma 2000 à Laon. Le souci premier est de s’assurer de l’intégration de la voie dans l’environnement et de mesurer les impacts d’un tel projet. Une fois ces études achevées, le projet Poma 2000 est lancé.

 

L’élaboration du Projet Poma 2000 pour Laon

Le projet Poma 2000 a commencé par la définition du tracé. Plusieurs hypothèses sont imaginées. Est adoptée une liaison gare-hôtel de ville avec une station sur le boulevard de Lyon. La ligne reprend celle du tramway à la différence que la partie gare boulevard de Lyon surplombe la route. La station hôtel de ville se situe derrière la mairie et non plus devant comme à l’époque du tramway. Le projet d’étendre ce tracé vers la cité des cheminots est avorté notamment pour des raisons financières. 

Les administrations sollicitées, commission départementale des sites, commission départementale des opérations immobilières et de l’architecture, Chambre de commerce et de l’industrie et direction départementale de l’Equipement ont donné un avis favorable. De plus, une enquête d’utilité publique est ouverte par la préfecture : chacun peut venir consigner son avis à la mairie. Le projet ne fait pas l’unanimité. Après étude des différents avis administratifs et du procès-verbal d’enquête, le préfet déclare d’utilité publique le projet Poma 2000 le 16 mars 1981.



 

Conseil général de l'Aisne - Archives départementales de l'Aisne - 28, rue Fernand-Christ - 02013 LAON cedex